• ► La vaccination ?

    ► La vaccination ?

     

    ☼ Protocole recommandé

    Une vaccination contre toutes les maladies n'est pas justifiée pour tous les chats. Il faut adapter le protocole en fonction des cas particuliers. Des enquêtes ont été menées pour évaluer la durée de l'immunité de chaque vaccin et aujourd'hui, les recommandations générales de vaccination du chat peuvent être exprimées ainsi:

    • Chat d'appartement sans contact avec des chats de statut inconnu:
      Typhus (P) + Coryza (RC)
    • Chat côtoyant des chats de statut inconnu:
      Typhus (P) + Coryza (RC) + Leucose (FeLV)
    • Chat qui voyage:
      Typhus (P) + Coryza (RC) + Leucose (FeLV) + Rage (R)
    • Chat vivant en collectivité:
      Mesures sanitaires primordiales
      Typhus (P) + Coryza (RC) + Leucose (FeLV) + Chlamydophilose (?)
    • Chat introduit en collectivité:
      Statut sanitaire primordial (FIV, FeLV, ...)
      Quarantaine
      Rappel systématique des vaccins.

     

    ☼ Périodicité de vaccination

    Il est maintenant généralement reconnu que les durées d'immunité conférées par les vaccins sont pour plusieurs d'entre eux plus longues qu'un an.

    Il en résulte qu'en ce qui concerne les âges et périodicités de vaccination, le protocole généralement recommandé, à quelques variations près, est le suivant:

    • Primo-vaccination vers 8-9 semaines, puis 3-4 semaines plus tard (mais pas avant 3 mois). J.P. Gannière propose une injection supplémentaire vers 16 semaines pour les chatons en collectivité ;
    • Premier rappel 12 mois plus tard pour toutes les valences ;
    • Rappels ultérieurs annuels pour herpès/calici (RC) et rage si nécessaire (R).
      O. Jarrett propose tous les 3 ans pour RC.
    • Rappels ultérieurs annuels pour leucose le cas échéant.
      O. Jarrett propose tous les 2 ans.
    • Rappels ultérieurs tous les 2-3 ans pour le typhus (P).
      J.P. Gannière propose tous les ans.

    Quelqu'un pose la question des vérifications de vaccins faites à l'entrée en exposition féline, en disant que même si le protocole généralement admis recommande un rappel tous les 2 ou 3 ans, les exposants ont peur de se voir refuser l'entrée si certains rappels datent de plus d'un an.
    Les AMM de la plupart des vaccins spécifiant 1 an, un vétérinaire qui fixe la date d'un prochain vaccin 2 ou 3 ans plus tard le fait aujourd'hui de sa propre responsabilité (cela est particulièrement vrai pour le passeport européen où le vétérinaire est censé indiquer la date du prochain rappel à prévoir).
    Il est précisé que le contrôle vétérinaire en entrée d'expo ne doit pas exiger plus que ce qui est strictement obligatoire réglementairement, et le Dr. Anne-Claire Chappuis-Gagnon s'engage à diffuser l'information auprès des vétérinaires, qui sont par ailleurs déjà informés des protocoles recommandés n'imposant pas la revaccination annuelle pour toutes les valences.

     

    ☼ Vaccination et fibrosarcomes

    Présentation du Dr. Anne-Claire Chappuis-Gagnon, Lyon.

    Le fibrosarcome est une pathologie décrite régulièrement chez les chats âgés. Suite à la mise en évidence (en 1991) d'alumine au sein d'un fibrosarcome inter-scapulaire (entre les omoplates), la relation fibrosarcome-vaccin a été faite et beaucoup de fibrosarcomes ont été qualifiés de "post-vaccinaux". En fait, il aurait été plus correct de parler de "post-injection", les valences vaccinales n'étant pas en cause. Il convient aussi de relativiser, car bien qu'il y ait chez le chat plus de réactions post-vaccinales que chez le chien, l'incidence des fibrosarcomes proprement dits est faible: moins de 0,003%.

    Des conseils ont été émis auprès des vétérinaires, entre autres sur les lieux de vaccinations, et des études ont été faites qui ont montré qu'il y avait une forte corrélation, à produits utilisés égaux, avec le vétérinaire ayant pratiqué l'injection: les chats vaccinés chez l'un ne développaient jamais de fibrosarcome, alors que l'incidence chez un autre n'était pas nulle. Les pratiques personnelles ont donc été mises en cause (flacon secoué ou non, alcool interférant avec le produit, etc.). Certains chats semblaient également avoir une sensibilité particulière. Après plusieurs années de polémiques, il semble reconnu aujourd'hui que les adjuvants ne soient pas impliqués de façon significative dans l'apparition de fibrosarcomes.

    Pour éliminer la plupart des facteurs de risques identifiés, il convient de:

    • ne pas mélanger différents produits au sein d'une même seringue;
    • bien homogénéiser le contenu du produit à injecter;
    • mettre le vaccin à température du corps juste avant injection;
    • ne pas utiliser la même aiguille que celle qui a percé le flacon.

     

    Sources : PawPeds

    « ► Joyeuse fête d'Halloween► Expo d'Orléans 11/2012 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :